Scroll or use arrow keys to navigate the site

Scarlett James : l’art de prendre son temps…

Please note: Original article by Jason Duval featured HERE

C’est à l’Impérial Bell que s’arrêtera, le 20 avril, la Grande Revue Burlesque de Scarlett James, un spectacle unique présenté par District 7, qui met de l’avant la sensualité et tous ses mystères, lentement…

Avec son Festival burlesque de Montréal, qu’elle a créé en 2009 et qui, d’année en année, réunit des artistes internationaux, Scarlett James est aujourd’hui une référence dans l’art du burlesque au Québec. Celle qui a découvert cet art de la séduction avec des ami(e)s y a forgé son avenir. Depuis ce jour, elle ne vit que pour le glamour et le burlesque, qu’elle a su ressusciter et même imposer comme un courant dominant.

Scarlett James s’est jetée dans cet art corps et âme pour en mousser la popularité, alors qu’il y a à peine dix ans, seulement quelques troupes, que nous pouvions compter sur une seule main, performaient en ville. Elle a présenté des numéros à travers le monde, de la Suisse jusqu’en Chine. Et elle revient à Québec pour un spectacle fantasmagorique.

Jamais vulgaire, toujours sensuel

Une dizaine d’artistes, y compris les hôtesses, défileront sur la scène de l’Impérial Bell pour livrer des performances d’une sensualité inouïe. Une soirée qui fera un clin d’œil aux années 1940, une ère où le burlesque classique et sensuel était en vogue à Montréal.

Plumes, paillettes et corsets seront au rendez-vous, ainsi que le célèbre numéro du verre de champagne géant. Un classique de l’art burlesque, que le public ne se lasse pas de voir et de revoir! Les prestations, souvent au paroxysme de l’érotisme mais jamais vulgaires, sont assorties d’une pincette d’humour, amenée principalement par l’animateur de la soirée, Armand.

Le burlesque excelle depuis toujours dans la suggestion et stimule l’imaginaire de ses amateurs, tout en leur soutirant un sourire en coin. Les costumes et accessoires créés par les performeurs ainsi que les chorégraphies sont savamment élaborés pour titiller les fantasmes des esprits les plus beiges.

« Everybody is beautiful »

Le burlesque est tissé de jeux de séduction qui nous ramènent à l’idée de prendre son temps, selon Scarlett James. C’est d’ailleurs le message premier de cet art. Réapprendre à prendre son temps, dans la sensualité. C’est un message que la cheffe de troupe tient à mettre de l’avant. Un autre message lui tient à cœur :

« Everybody is beautiful, parce que je trouve que, aussi bien les hommes que les femmes, mais particulièrement les jeunes femmes, sont des  »target » très sensibles pour [la beauté imposée dans les médias]. L’idéal de beauté, c’est ce qu’on a à l’intérieur. Et comment, en tant que femmes, on embrasse notre pouvoir personnel, notre sensualité personnelle et notre sexualité personnelle. Parce que… everybody is beautiful. »

Toutes les femmes, croit-elle, possèdent un beau corps, peu importe leurs traits distinctifs. Plutôt que de se catégoriser comme belle ou pas belle, il faut embrasser cette beauté existante.

C’est avec excitation que la troupe de Scarlett James revient à Québec pour cette Grande Revue Burlesque tout en paillettes et plumes, qui promet de faire revivre l’époque des cabarets le 20 avril, à l’Impérial Bell à 20 h 30. Les portes ouvrent à 19 h 30 : prenez le temps d’arriver, mettez-vous à l’aise…

Détails et billetterie :  http://monsaintroch.com/activites-evenements/imperial/scarlett-james-grande-revue-burlesque/ 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.